Jean-Pierre Raffarin, sénateur, ancien premier ministre, en l'espace de quelques semaines, a il me semble eu un comportement assez représentatif de ce que je reproche à divers responsables politiques.

  1. Alors que la crise budgétaire est flagrante, que notre pays risque de suivre le chemin de la Grèce et bientôt de l'Espagne, qu'on cherche à rétablir les finances notamment en éliminant les avantages catégoriels et niches fiscales diverses.... M. Raffarin pique une crise à propos de la suppression de la TVA à taux réduit sur les parcs d'attraction, car le Futuroscope est dans sa circonscription.
  2. Alors que la défaite des partis de droite aux élections sénatoriales est patente, et probablement liée à une défiance très profonde de l'opinion envers l'actuel gouvernement, M. Raffarin envisageait, par on ne sait quelle manœuvre, de conserver la présidence du Sénat à la droite.

Autrement dit, la maison brûle, mais on continue les petits jeux pour savoir qui aura tel ou tel poste. Oublions l'indispensable solidarité des situations d'urgence, l'ordre du jour est encore aux intérêts locaux et catégoriels.