L'Allemagne a levé l'interdiction de vente du jeu Doom aux mineurs, 17 ans après. Apparemement, la pauvre qualité graphique de ce jeu techniquement dépassé, comparé à ce qui se fait de nos jours, ferait qu'il ne risquerait plus de séduire des âmes innocentes.

Doom était interdit parce que c'est, essentiellement, un jeu où l'on trucide des ennemis, ce qui est censé pervertir le mental des jeunes. On sait bien que c'est cela qui nous mène à des massacres comme en Norvège; d'ailleurs, c'est écrit dans Le Monde.

Quant à Doom II, la version avec les niveaux secrets reste interdite, car elle reprend le graphisme d'un jeu plus ancien, Wolfenstein 3D, dont le sujet est l'évasion d'un agent américain d'une forteresse nazie ; les décors contenant des croix gammées et autres emblèmes nazis, ce jeu est réputé dangereux pour la jeunesse.

J'ai joué à Wolfenstein 3D et à Doom quand j'étais jeune et, je crois, (de justesse) encore mineur. C'est dire les dégâts sur mon mental, la preuve :

  • Culte des armes : à 17 ans on dégomme des zombies au shotgun, à 27 on devient enseignant dans une école militaire sous tutelle de la délégation générale à l'armement.
  • Masochisme : à 26 ans on rentre au CNRS.
  • Sadisme : en 2011, va infliger des exercices de calculabilité à de pauvres étudiants sans défense.