J'en ai encore fait l'expérience récemment : quand on propose un exposé scientifique dans un cadre un tant soit peu généraliste, on s'entend dire qu'il s'agit de « sujets trop spécialisés ». Quels sont donc les sujets non spécialisés ?

En début de soirée passent sur France Culture des conférences de Michel Onfray où il évoque notamment Otto Gross et des théories où se mêlent psychanalyse, marxisme et philosophie. Est-ce qu'Otto Gross est un sujet spécialisé ? On peut supposer que non, vu que l'on a placé plusieurs conférences à son sujet à une heure de grande écoute sur une radio publique nationale (rappelons que le créneau d'antenne est une ressource rare). La biographie d'Otto Gross sur la Wikipédia en anglais a été lue 2289 fois en juillet.

Comparons maintenant à un sujet qui m'a occupé quelque peu dernièrement, à savoir la théorie de la complexité algorithmique. J'ai notamment eu affaire à une notion dont j'estimais qu'elle était plutôt spécialisée, à savoir la classe NEXPTIME. 518 consultations ; ce n'est pas négligeable comparé à Gross. Prenons un sujet dans la même thématique, mais plus largement enseigné, à savoir la séparation des classes P et NP : 24062 accès.

On pourrait croire, au vu de ces statistiques, qu'une antenne culturelle capable de consacrer plusieurs heures à Otto Gross pourrait consacrer un tant soit peu de temps à un des grands problèmes scientifiques de la fin du 20e siècle. Ce n'est pas le cas. Il vaut mieux parler de l'interprétation de la sanction du péché originel comme la fin du matriarcat originel et le début du capitalisme.