Dépêche de l'Associated Press : les températures dans le Nord-Est des États-Unis égaleraient ou dépasseraient le point d'ébullition.

The extreme heat that's been roasting the eastern U.S. is only expected to get worse, and residents are bracing themselves for temperatures near and above boiling point. (...) The high temperatures and smothering humidity will force up the heat indexes. Boston's 99 degrees on Friday could feel like 105 degrees; Philadelphia's 102 degrees like 114 degrees and Washington, D.C.'s 103 degrees may seem the same as a melting 116 degrees.

Les températures citées sont en degrés Fahrenheit. La température citée la plus élevée est de 103⁰F, soit 39,4⁰C, et est censée être ressentie comme une température de 116⁰F, soit 46,6⁰C, en raison de l'humidité importante (impression de suffocation).

La température d'ébullition de l'eau (*) est de 100⁰C (au niveau de la mer, elle est un peu inférieure en altitude). Heureusement que la température ambiante ne l'approche pas, sinon les êtres vivants seraient tués. La température de 100⁰F correspond à une température de 37,7⁰C, soit celle d'un humain avec une très légère fièvre.

Il semble que les journalistes de l'Associated Press aient confondu degrés Celsius et Fahrenheit, et n'aient pas vu qu'une température proche de l'ébullition signifierait la mort.

Encore une fois, heureusement que pareille bourde n'ait pas été trouvée sur Wikipédia, sinon nos amis de Wikigrill, ou toute autre rubrique du même genre, s'en seraient gobergés. On aurait parlé d'amateurisme, sans doute, voire d'erreurs niveau collège. Là, on ne parlera que d'une regrettable maladresse, exceptionnelle.

(*) Quand on parle d'ébullition, c'est par défaut celle de l'eau, et non par exemple celle de l'azote, à -196⁰C, température qui elle aussi signifie la mort, mais une mort différente.