Nous avons besoin de livres.

La publication de nouveaux résultats scientifiques se fait principalement par des revues, ou des articles dans des comptes-rendus de conférences. Il est malaisé de se tenir au courant : tant de choses sont publiées ! C'est d'autant plus vrai que de nos jours, chercheurs et institutions sont jugés au vu d'« indicateurs de performance » tels que le nombre d'articles : on multiplie les présentations de résultats intermédiaires... S'il est possible de suivre ce qui se passe dans son domaine de spécialité, et encore, c'est d'autant moins possible qu'on s'en éloigne. On peut difficilement lire 20 ans d'articles juste afin de se mettre au courant. C'est là que les travaux de synthèse, livres et articles survey, ont toute leur importance.

J'avoue ma préférence pour les monographies par rapport aux gros ouvrages type handbook, formés de chapitres écrits par des auteurs différents. Ces derniers manquent assez souvent de cohérence, tant sur le plan des notations que sur la progressivité des concepts. Un chapitre supposant une certaine connaissance du sujet chez le lecteur peut précéder un chapitre rappelant des concepts de base. En revanche, les monographies, du moins celles qui sont bien écrites, ont une certaine continuité et progressivité dans l'exposition. J'avoue également que je préfère les ouvrages qui renvoient périodiquement aux parties où telle notation, tel concept a été introduit : on peut consulter un résultat au milieu sans avoir à (re)lire tout ce qui précède.

Tout exposé didactique suppose de faire des choix. La rédaction par comités ne fonctionne pas, s'agissant de sujets mal délimités : chacun suggère une addition, souvent pertinente, mais leur addition produit un texte indigeste et sans direction claire. (C'est là la grande difficulté de l'écriture d'articles généraux et introductifs sur Wikipédia, par exemple.) Bien sûr, ces choix imposent de passer rapidement sur certains points ; cela est inévitable. Il est en revanche important de rester cohérent : il ne faut pas se lancer dans une discussion très pointue sur un sujet de rapport ténu avec le reste de l'ouvrage.

Bref, il nous faut des livres. Or, qui a le temps de se consacrer à la rédaction d'un ouvrage ? C'est un travail lourd, même sur un domaine que l'on maîtrise. Sauf à écrire un ouvrage qui devienne « classique » dans une discipline largement enseignée (comme par exemple l'Introduction à l'algorithmique de Cormen, Leiserson et Rivest), cela ne rapporte que des sommes symboliques. Pendant que l'on écrit un livre, on ne remplit pas les fameux indicateurs de performance. Bref, c'est beaucoup de travail pour pas grand chose. Comme me dit un collègue qui approche de la retraite, celle-ci sera l'occasion d'écrire une synthèse...

J'aimerais bien qu'il y ait de bons ouvrages pour résumer l'état de l'art en analyse de programmes. Vous me direz, je n'ai qu'à l'écrire...