Dans son éditorial du 25/07/2011, titré Dans le deuil, Oslo veut rester fidèle à ses valeurs, le journal Le Monde analyse la psychologie et les moyens d'action de l'auteur du récent massacre en Norvège.

Visage veule et arrogant

Il y a eu une époque où il était à la mode de lire la psychologie des gens sur la forme de leur visage ou la forme de leur crâne. C'était au 19e siècle. Depuis, on est un peu plus prudent.

L'homme, qui, deux heures durant, tire de sang-froid à l'arme automatique sur des centaines de jeunes gens pacifiques, et en tue plus de 80, cet homme-là concentre ce que l'époque produit de pire. Breivik est un fanatique narcissique. Il dispose avec Internet d'une plate-forme rêvée pour diffuser ses "idées" - un salmigondis islamophobe et raciste.

Tiens, c'est la faute d'Internet. Mein Kampf a été diffusé par éditions papier, et le nazisme a fait des millions de morts. Breivik était un parfait inconnu qui écrivait sur Internet, et il a fait 80 morts. La victoire est donc au papier. Plus proche de nous, comment ne pas évoquer la propagande de médias tels que Fox News, qui ont poussé à une sanglante et coûteuse guerre en Irak ?

Mais voici l'apothéose :

La pratique intensive des jeux vidéo guerriers a produit chez lui ce que la police appelle une "désensibilisation" à l'acte criminel. Elle brouille les frontières entre le virtuel et le réel, entre les manettes de sa console et la détente de son arme automatique.

Mais bien sûr. Avec un raisonnement pareil, ceux qui comme moi jouaient au lycée à Wolfenstein 3D et à Doom devraient être dangereux et amateur d'armes. De plus, quelle naïveté que de penser que le maniement réel d'une arme automatique soit semblable à celui d'une console de jeux, où le tir est en général très simplifié (pas d'arme lourde à porter, pas de recul, etc.). Sérieusement, l'unique moyen de s'entraîner au tir, c'est de tirer, pas de jouer à un jeu de guerre sur sa console.

On me parle de la crise de la presse, mais, sérieusement, pourquoi aurais-je envie de payer pour lire pareilles réflexions ?

PS: Le site LeMonde.fr, pour une fois meilleur que le journal auquel il est associé, propose une analyse plus mesurée.

PS² : Ce billet provoque des échanges vifs sur le blog d'Aliocha (journaliste économique, si j'ai bien suivi).