On se demande parfois comment les gens en sont venus à faire tel ou tel métier, qu'il s'agisse d'être chercheur en mathématiques, éleveur de pigeons ou, quelle horreur pour certains, policier ou militaire.

J'ai un jour croisé dans le grand hall de l'X (*) un jeune homme, dont j'avais bien l'impression de l'avoir eu comme étudiant, habillé en officier de gendarmerie mobile. Je lui ai demandé ce qui lui avait fait embrasser cette carrière, et il m'a à peu près répondu : « Je voulais voir du pays. - Ah, vous êtes parti en OPEX ou outremer ? (**) - Non, jamais, mais je fais des patrouilles dans des « cités », c'est très instructif sociologiquement. »

(*) Il y avait une sorte de cérémonie avec, je crois, un pot. Naturellement, j'ai été attiré.

(**) OPEX = opération extérieure. Il y a des escadrons de gendarmerie mobile en Afghanistan.

Le mari d'une amie est gardien de la paix dans les CRS. Elle m'a dit qu'il avait choisi cette affectation parce qu'il est timide. Cela peut paraître surprenant, mais quand on est gardien de la paix en commissariat, on doit interagir avec le public, ce qui est difficile si on est timide, alors que c'est en quelque sorte plus facile en groupe et en tenue anti-émeutes.