L'éditorialiste Hugues Serraf publie sur le site Atlantico (équivalent de droite de Rue89, si j'ai bien suivi) un billet où, en somme, il excuse Luc Ferry au motif que 97000 enseignants seraient comme lui « détachés » dans des fonctions d'un intérêt plus ou moins douteux.

Malheureusement, Hugues Serraf, à dessein ou par ignorance, fait une salade entre deux concepts forts différents : le détachement et la mise à disposition.

La position normale d'un fonctionnaire consiste à occuper un emploi correspondant à son corps et à son grade (par exemple, un professeur certifié a vocation à enseigner dans un collège ou un lycée, etc.). Cependant, il est possible que, plus ou moins temporairement, il soit amené à exercer d'autres fonctions.

Un procédé courant pour cela est le détachement : le fonctionnaire demande l'accord de son administration ou établissement d'origine pour aller occuper les autres fonctions ; il cesse d'être rémunéré par son administration ou établissement d'origine, mais est rémunéré (avec certaines contraintes) par l'administration ou l'organisme d'accueil. À l'issue de son détachement, le fonctionnaire est réintégré dans son corps d'origine.

Prenons un exemple pratique : un professeur agrégé est recruté comme attaché temporaire d'enseignement et de recherche (ATER) dans une université. L'Éducation nationale cesse de le rémunérer comme agrégé, et l'université le paye comme ATER.

Prenons un autre exemple pratique : un professeur d'université devient ministre, il est détaché dans ces fonctions et est réintégré comme professeur d'université à la fin de son poste ministériel.

Un autre procédé est la mise à disposition : le fonctionnaire continue d'être géré et rémunéré par son administration d'origine, mais accomplit tout ou partie de son service au profit d'un autre organisme, qui va ou non indemniser l'administration ou établissement qui « prête » sa main d'œuvre. C'est de cela dont, visiblement, M. Serraf veut parler et qu'il trouve choquant.

Je connais des cas de mise à disposition non choquants, servant à résoudre des cas particuliers de personnes exerçant des responsabilités prenantes. En revanche, d'après certains, notamment à droite, l'Éducation nationale mettrait quantité de professeurs à disposition de divers organismes (syndicats, mutuelles, etc.) — j'ignore ce qu'il en est.

Dans tous les cas, une personne qui commet pareille confusion entre détachement et mise à disposition n'a probablement pas à s'exprimer avec assurance sur le sujet.