Certains s'étonnent qu'un professeurs des universités n'enseigne « que » 192 heures par an; d'après les calculs avec la paye de Luc Ferry, cela reviendrait à 210€ de l'heure. Ils comparent cela aux coiffeurs et autres « vrais travailleurs ».

Tout d'abord, relevons qu'un professeur des universités ne fait pas que de l'enseignement, mais également de la recherche et de l'administration de l'enseignement et de la recherche. En théorie, il devrait se partager à moitié-moitié entre recherche et enseignement ; en pratique, l'enseignement et la gestion de celui-ci prennent un temps considérable.

Dans d'autres pays, on a peut-être moins d'enseignants-chercheurs, mais on a plus en proportion de personnels administratifs compétents, et peut-être une moindre tendance à adopter des procédures kafkaïennes et des systèmes informatiques inopérants. L'enseignant-chercheur français perd un temps considérable à gérer des problèmes d'emploi du temps, de salles non réservées, de matériel enfermé dans des armoires dont on ne retrouve pas la clef, etc., problèmes qui devraient normalement se régler sans intervention de personnels bac+8.

En ce qui concerne l'enseignement, les 192 heures (ou 128 heures de cours magistraux) ne prennent en compte que les heures de présence devant les élèves, donc ni la préparation des cours, ni celle des sujets d'examen, ni la correction des examens (même si dans certains endroits, on tient compte des corrections d'examens quand le nombre de copies est très important). Un cours d'université ne s'assure pas en arrivant les mains dans les poches. Contrairement aux cours du secondaire, où il y a un programme et des manuels, il n'y a pas de programmes, et pas forcément de manuel adapté. La préparation d'un cours avec supports visuels (vidéoprojecteur), rédaction de « polycopié » etc prend un temps considérable.

Je vois donc beaucoup d'enseignants-chercheurs travailler le soir et les week-end, en dehors d e leurs horaires de travail théoriques. Par comparaison, quand un coiffeur ou un ouvrier salarié a fini son horaire, il a fini, le reste est heure supplémentaire payé en sus (et défiscalisé).