Lorsque l'on veut recruter un ressortissant de l'Union européenne (ou, sans doute, de dépendances comme Monaco, la Suisse ou Saint-Marin), si on a des financements suffisant, c'est facile : on lui fait un contrat de travail, et moyennant quelques gags (l'administration française est douée pour réclamer aux étrangers des pièces qui n'existent pas dans leur pays d'origine), on y arrive.

Lorsque l'on veut recruter un extracommunautaire, même résidant déjà en France avec un permis de séjour en règle, c'est tout de suite plus compliqué, et on a affaire au genre de phénomènes caricaturés par Goscinny dans La maison qui rend fou (Les 12 travaux d'Astérix). Autrement dit, il faut être motivé.

Parallèlement, la loi interdit la discrimination à l'embauche au motif de la nationalité, n'est-ce pas ?