Le premier avril, j'ai posté un billet parodique, dont je pensais qu'il ferait peut-être sourire quelques collègues qui suivent mon blog.

Les conséquences de ce billet ont été au delà de tout ce que j'aurais imaginé : un institut qui se veut on ne peut plus sérieux, mais dont j'avoue qu'il m'a inspiré pour ce billet par ses thématiques et ses tics tout court, m'a invité à présenter mon pseudo-projet en séminaire, sans se rendre compte de son caractère cocasse — et a ensuite refusé ma proposition alternative de sujet, pourtant sérieuse. Comme me disent mes collègues de laboratoire, j'aurais dû jouer au Alan Sokal jusqu'au bout, présenter des niaiseries, et me faire applaudir. Enfin, j'ai autre chose à faire dans la vie, aussi.

Qu'un chercheur un peu farceur ait envie de s'amuser avant une conférence de compilation mains dans le cambouis, passe encore. Mais l'administration ? Je viens de trouver une lettre de notre administration régionale du CNRS, datée elle aussi du premier avril, nous proposant « une présentation claire de l'organisme CNRS, de son organisation et de l'environnement dans lequel il s'inscrit ».

Sachant que le CNRS, ses imbrications avec les universités et l'INRIA, ses modes d'attributions de primes, etc., personne n'y comprend plus rien, cette lettre doit elle aussi être un poisson d'avril, n'est-ce pas ?