Je suis maintenant assez persuadé qu'il y a une fuite dans le réacteur 3 de la centrale Fukushima-I (même si, n'étant absolument pas un ingénieur ou un scientifique du nucléaire, je peux me tromper...).

En effet, des travailleurs venus réparer la centrale ont marché dans une flaque d'eau radioactive, ce qui a irradié leurs jambes. L'eau de cette flaque a été analysée et contient des concentrations non négligeables de nucléides à courte demie-vie. Ce qui a notamment attiré mon attention est la concentration en technétium-99m : celui-ci a une demie-vie d'environ 6 h, et s'obtient à partir du molybdène-99, lequel a une demie-vie d'environ 2,7 jours et s'obtient par bombardement neutronique sur l'uranium-235.

De tels matériaux ne peuvent plus se trouver dans les combustibles entreposés dans les piscines ; leur présence n'est cohérente qu'avec le contact avec le produit de fission du cœur présent dans le réacteur, ce qui me semble montrer que 1) ceux-ci se sont échappés de leur gaine (qui ont fondu) 2) la chaudière du réacteur, ou les canalisations environnantes, fuit 3) l'enceinte de confinement fuit. De tels matériaux ne peuvent non plus se trouver dans l'eau de refroidissement d'un réacteur sain ; il faut que les gaines de combustibles se soient rompues...

Une autre explication serait qu'on ait fait des lâchers intentionnels de vapeurs radioactives et que celles-ci se soient condensées, mais cela paraît bizarre (si le réacteur est très chaud et en surpression, la vapeur ne va pas se condenser tout de suite..). Autre explication possible : on a injecté de l'eau dans le réacteur, lequel est connecté à des canalisations qui fuient...

PS Il semble que mes conclusions (la fuite) sont confirmées par le New York Times, sur d'autres bases. En revanche, certains avancent d'autres explications pour la présence de molybdène et de cobalt-60...