Je l'avoue, je fais fort peu confiance aux médias, qu'ils soient français ou étrangers, pour me rapporter précisément des nouvelles des évènements de Fukushima.

Mes raisons ?

  • Rares sont les journalistes français qui comprennent le japonais. Il se reposent donc très probablement sur des dépêches ou des commentaires pris ici ou là. Chaque couche d'interprétation peut introduire des déformations.
  • Je peux me tromper, mais le niveau de connaissances scientifiques et techniques me semble assez faible dans cette profession. Les confusions fréquemment opérées entre unités de mesure de flux (quantité par heure) et de quantité accumulée ne seraient pas tolérées de la part d'élèves de collège ou de lycée.
  • Les points précédents pourraient être tolérables si au moins les articles étaient relus avant publication par des personnes connaissant le sujet, mais ce n'est pas le cas.

Je ne dis évidemment pas que l'information que nous recevons est fausse, mais qu'elle est un mélange de vérités, de faussetés et de déformations, supputations ou hypothèses, et qu'il n'y a rien dans les articles qui nous permette de faire la différence.

Prenons par exemple cette explication selon laquelle Fukushima serait fort différente de Chernobyl :

Graphite - combustible at higher temperatures - was used to cool the fuel rods and there was no container structure around the reactor. When the rods failed to control the nuclear fission chain reaction, explosions occurred, releasing radioactive plumes that blew across Europe. The General Electric-designed reactors at Fukushima Daiichi plant use water rather than graphite, so a similar explosion is not possible.

Une vérité : les réacteurs de Chernobyl ne comportaient pas d'enceinte de confinement. Une fausseté : le rôle du graphite dans la centrale de Chernobyl n'était pas de refroidir les barres de combustible nucléaire, mais de modérer les neutrons, (terme technique qui mérite explication). La confusion est renforcée par le fait que l'article emploie deux fois le mot « barre » (rods) dans deux sens différents : barres de combustible et barres de contrôle. Enfin, le paragraphe conclut par une affirmation catégorique mais assez douteuse : qu'une explosion suite à un emballement de la réaction nucléaire n'aurait pas pu se produire dans les réacteurs de Fukushima.

Décortiquons un peu. La centrale de Fukushima, comme celle de Chernobyl, est refroidie à l'eau légère, autrement dit l'eau courante (évidemment, je suppose qu'elle est purifiée et distillée avant, mais en tout cas, c'est de l'eau). Le graphite est un modérateur, dont le rôle est d'entretenir la réaction en chaîne dans le réacteur (la terminologie est un peu contre-intuitive, mais elle s'explique par le mécanisme physique en jeu). Autrement dit, il ne sert pas à refroidir, mais à permettre et accélérer la réaction ! Il est probable qu'un journaliste, ignorant des principes de base de fonctionnement d'une centrale nucléaire, a cru que « modérateur » voulait dire « système de refroidissement »... Et évidemment, ça n'a pas été relu par quelqu'un qui comprenait un tant soit peu les choses (par exemple, après avoir lu les articles de Wikipédia sur le sujet).

Le graphite a effectivement joué un rôle dans la dispersion des produits radioactifs après les explosions : s'agissant de carbone pur, il s'est mis à brûler comme du charbon... et un énorme incendie s'en est ensuivi (il y avait, si j'ai bien compris, de l'ordre de 1000 tonnes de graphite dans le cœur), lequel incendie a fortement contribué à disperser les poussières radioactives. Les réacteurs RBMK, comme celui de Chernobyl, souffraient de plusieurs problèmes de conception, dont l'absence d'enceinte de confinement n'était que le plus évident. Je ne suis pas ingénieur du nucléaire et n'aurai pas la suffisance de prétendre comprendre tout cela finement. J'aimerais que pareille modestie soit adoptée dans les médias.

Je me demande donc où trouver des informations fiables sur Fukushima. Mon niveau de japonais est insuffisant pour lire d'éventuels sites officiels nippons. Pour le moment, j'ai trouvé des choses intéressantes sur le site de l'IRSN, et aussi chez la CRIIRAD. Qu'en pensez-vous ?

(Les sites d'une bonne partie des organisations anti-nucléaires militantes ne sont guère satisfaisants. En effet, ces organisations n'ont aucune raison d'être mieux informées que l'IRSN, par exemple. En revanche, elles rajoutent des commentaires, extrapolations, comparaisons et supputations assez superflues.)