Je lis que le linguiste Alain Rey (du dictionnaire Le Robert) « juge sévèrement l'information dispensée par Internet et critique le cumul de connaissances sans effort éditorial, sans adaptation et sans contrôle, "comme ces encyclopédies participatives dans lesquelles on a tout et n'importe quoi. En littérature, les articles sont d'une grande pauvreté, celui sur Flaubert dans Wikipédia par exemple est à pleurer !" ».

J'ignore quels reproches M. Rey a envers l'article sur Gustave Flaubert. J'avoue ne jamais avoir consulté celui-ci. En revanche, ces derniers temps, j'ai plutôt consulté des articles sur le nucléaire sur la Wikipédia en anglais (bien évidemment, en vérifiant les informations que j'y trouvais si celles-ci avaient une importance pour mon raisonnement), et je les ai trouvés plutôt bien informés, même si parfois je regrettais une structuration imparfaite, une information présente dans un article mais pas dans un autre, un lien manquant...

Les articles sur Wikipédia sont écrits par des bénévoles. Très clairement, les articles sur la radioactivité sur la Wikipédia en anglais sont écrits par des personnes ayant un niveau d'éducation supérieur en physique ; on ne se met pas à parler d'isomérie nucléaire ou de surface efficace quand on est un ignoramus.  Quant à ceux sur le nucléaire, je soupçonne en fait certains d'être écrits par des scientifiques impliqués dans des projets de réacteurs de génération IV (certains petits biais...).

Il serait intéressant de comprendre comment Wikipédia peut à la fois avoir des articles sérieux sur, par exemple, le plutonium-39, et des articles médiocres sur la littérature. Peut-être l'écriture sur un wiki est-elle plus difficile dans un domaine comme la littérature que dans un domaine comme la physique atomique ou la théorie de la calculabilité ? Pour ma part, je pense qu'il est plus simple et facile d'écrire un article sur un sujet bien circonscrit, même s'il exige de fortes connaissances, qu'un article sur un sujet assez général. J'irai même jusqu'à dire que le wiki ouvert n'est pas forcément adapté pour traiter de sujets très vastes où il faut choisir un plan et des points saillants plus ou moins arbitraires - par exemple, si l'on doit traiter d'« informatique » en général, il y a plusieurs façons raisonnables d'aborder le sujet, et il faut s'en tenir à une dans un article donné sauf à devenir illisible.

Se pourrait-il que les différences constatées s'expliquent par un manque d'intérêt du public pour la littérature, ou un manque de motivation pour écrire sur un site Web ? Les statistiques de fréquentation des articles ne sont pas forcément un bon guide. L'article en français sur le plutonium faisait dans les 4000 visites par mois, tandis que l'article sur Flaubert faisait dans les 24000 visites par mois ; évidemment avec les accidents de Fukushima, le premier est maintenant devant l'autre. Cependant, il est probable qu'une bonne partie de ceux qui consultent l'article sur Flaubert sont des élèves ou des étudiants qui ont une œuvre de Flaubert au programme ; cela ne veut aucunement dire que le sujet les intéresse en dehors d'un cadre éducatif contraignant.

Une question plus polémique serait l'importance relative du sujet Gustave Flaubert par rapport au sujet plutonium. Force est de constater qu'il y a peu d'enjeux sociétaux actuels dont la compréhension est aidée par des connaissances sur Gustave Flaubert, tandis que des connaissances sur le plutonium et la radioactivité permettent d'appréhender certains problèmes, par exemple celui des déchets nucléaires ou des conséquences des explosions de réacteurs. Est-ce un bon critère ? Le débat est ouvert.