Résumons l'affaire : Mme Calvo-Goller, juriste travaillant en Israël, était mécontente de la critique d'un de ses ouvrages postée sur un site géré par le professeur de droit américain Joseph Weiler. N'obtenant pas que celle-ci soit retirée, elle l'a poursuivi en diffamation devant les tribunaux français.

Cette affaire a attiré l'attention de la communauté universitaire internationale : que deviendrions-nous s'il n'était plus possible de critiquer publiquement les travaux de nos collègues ? (Cette liberté de critique des théories et travaux scientifiques ne s'étend bien entendu pas aux attaques ad hominem ou insinuations sortant des bonnes mœurs universitaires.)

Heureusement, le jugement donne tort à la plaignante, l'estimant de mauvaise foi, et la condamne à payer 8000€ à J. Weiler.