Je lis sur Numérama que Frédéric Lefebvre plaiderait pour une régulation mondiale de l'Internet :

« Il est temps que les responsables internationaux construisent ensemble une régulation globale d’Internet. De la même façon que la régulation financière doit être conçue et mise en œuvre à l’échelle mondiale, la protection de l’individu sur Internet doit être conçue et mise en œuvre par la communauté internationale. »

Quelques rappels factuels. La régulation financière mondiale est un vœu pieux : les paradis fiscaux existent encore, la spéculation a repris, c'est business as usual. Il s'agit pourtant d'un problème important : la récente crise a mis des gens à la rue, plusieurs états européens ou états fédérés américains ont le genou à terre, sans parler des conséquences dans les pays pauvres. Le réchauffement climatique est également un problème mondial, et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on avance fort peu. Là encore, il s'agit d'un problème important, du moins on pourrait le croire.

Mais non, le problème important, c'est la régulation mondiale d'Internet. J'aimerais que F. Lefebvre nous explique comment concilier des conceptions aussi différentes de la liberté d'expression, des pratiques commerciales admissibles et de ce qui est licite ou non de vendre que celle des États-Unis, de la France, de la Tunisie, de l'Arabie Saoudite, de la Thaïlande, de la Chine, du Japon, et de l'Allemagne. À part sur la pédopornographie, et encore, je ne vois guère de point d'entente possible.