Selon l'AFP :

Sur le volet "cybercriminalité" du projet de loi Loppsi 2 (Loi d'Orientation et de Programmation pour la Séecurité intérieure, NDLR) adopté mercredi par les députés, "le président n'avait pas l'air d'être au courant qu'il y avait un article quatre pour filtrer internet, assure Nicolas Vanbremeersch. Il l'a découvert à cette occasion là. On a au moins pu l'alerter sur ce sujet".

Je vous avoue qu'au moment d'écrire ces lignes, après le copier-coller ci-dessus, j'ai eu un moment d'hésitation. Mon métier consiste en bonne partie à écrire, mais, parfois, il y a comme des choses indicibles, des expériences humaines qui vous privent de parole et vous laissent à contempler l'infinité de l'univers et la relativité de notre jugement.