Quand j'étais enfant ou adolescent, le Japon et l'Allemagne tiraient la part du lion dans l'économie. Les ouvrages scolaires d'histoire et géographie leur consacraient des chapitres. On les montrait en exemple de réussite, on faisait étudier leurs structures (ah, les zaibatsu)...

Puis vint la crise japonaise.

Il y a quelques années, on parlait du « tigre celtique ». L'Irlande, qui était encore au début des années 1990 un pays assez pauvre et dépendant des subventions européennes pour sa modernisation, était devenue un centre industriel hi-tech, notamment par implantation de multinationales cherchant des travailleurs parlant anglais et coûtant moins cher que les britanniques. De pays d'émigration, l'Irlande était devenue un pays d'immigration.

Puis vint la crise irlandaise.

Les recettes économiques miracles font-elles encore recette ?