Petite anecdote sur comment ça se passe vraiment en sciences :

J'ai dernièrement renvoyé à un éditeur de revue scientifique un rapport dans lequel je soulevais mon incompétence partielle (je peux juger de la solidité mathématique d'une proposition, mais pas de son originalité), et lui suggérais de demander un rapport à un expert du problème considéré. Sa réponse a été qu'on n'allait pas s'encombrer de pareilles considérations déontologiques alors que le numéro de revue dans lequel cet article devrait être publié est déjà en retard.

Ceci dit, au fond... Après tout, ce qui est important, c'est de ne pas laisser publier des articles faux. On peut être moins sévère sur l'originalité.