Je viens d'assister à un exposé en anglais par un doctorant. Pourquoi en anglais ? Plusieurs raisons. Une partie de l'assistance ne comprenait pas le français (nous avons des post-doc et doctorants étrangers, dont certains arrivés très récemment), et il s'agissait sans doute également d'entraîner le doctorant à parler dans les colloques internationaux.

Comme souvent avec les doctorants français qui parlent anglais, l'exposé était fort hésitant, et j'avoue que je m'impatientais.

Comment se fait-il qu'avec les années de cours obligatoires de « langues vivantes » dans l'enseignement secondaire, on se retrouve avec un pareil niveau en anglais au doctorat ? On dit souvent qu'en France on étudie plutôt la grammaire que l'oral, mais la grammaire anglaise de nombreux doctorants et chercheurs français est également déplorable... Ce n'est pas non plus une question de sciences vs lettres : il est sans doute plus facile de faire une thèse d'histoire contemporaine ou de littérature française sans parler anglais qu'une thèse de sciences. Il ne s'agit pas non plus d'invoquer un niveau insuffisant en général : nous parlons d'étudiants en doctorat, donc de gens qui étaient très probablement parmi les meilleurs de leur collège ou lycée.

PS On me dira que l'usage de l'anglais comme langue de communication internationale appauvrit le discours. Peut-être. Cependant, comment faire autrement ? Nous n'avons pas les moyens de payer des traducteurs simultanés, et de toute façon ceux-ci devraient être familiers avec la terminologie du domaine scientifique concerné afin de ne pas commettre de contresens. La semaine prochaine, je donne deux séminaires au Japon — or les japonais comprennent rarement le français, et mon japonais est lamentable...