Les articles scientifiques contiennent systématiquement une bibliographie : en effet, chaque fait cité et qui n'est pas étayé par un raisonnement ou un résultat expérimental doit être appuyé par une citation ; et il est par ailleurs de bon ton de recentrer les travaux dans leur cadre scientifique. Citer, c'est aussi avoir la politesse élémentaire de donner crédit à ceux à qui une information est due. Avec le numérique, citer est devenu plus facile, il suffit éventuellement de mettre un lien Web ou un DOI.

Une information donnée avec une référence vague est en grande partie inutilisable, car difficile à retrouver. Les gens sérieux ne disent pas « une étude américaine a montré que », sans citer l'étude : ils donnent son titre, le nom des auteurs, le nom de la publication, celui de l'éditeur et le numéro concerné, ou du moins donnent un lien vers ces informations.

Ce matin, je suis tombé sur des titres de presse parlant d'un atlas du cancer réalisé par l'INSERM et d'autres organismes. Cela m'a intéressé... mais hélas, aucune information précise dans, par exemple, Le Figaro, ni dans Le Monde pour retrouver ce document, à l'exception de son titre, ce qui n'est pas si mal. Je n'ai pu trouver un lien vers le fichier contenant l'étude que sur un site d'information « purement Internet », lesinfos.com.

Encore une fois, la presse qui se prétend de qualité est passée à côté de ce que les changements technologiques lui permettraient de faire. Je comprends qu'un article papier dans un journal à la pagination limitée ne contienne pas de bibliographie en bonne et due forme. Mais sur le Web, la place n'est pas limitée, et on peut mettre des liens. On pourrait organiser une véritable traçabilité de l'information.

Le problème déborde largement des articles scientifiques. On recommande souvent de « recouper les informations », c'est-à-dire, souvent, trouver plusieurs sources concordantes pour le même fait ; mais ce recoupement n'est qu'illusion si ces sources ont toutes reprise la même information, par exemple, la même dépêche d'agence de presse. C'est ainsi que la fausse information se répand : par copie de ce que les autres ont dit précédemment, sans vérification. Un peu de transparence serait bienvenue !