Nous expliquons que c'est un peu dur pour des bénévoles de trouver quelqu'un pour le matin même, sachant que nos membres ont un travail, des études, une famille, et nous déplorons qu'on ne nous ait pas prévenu avant afin que nous puissions nous organiser. Le journaliste nous dit alors cette remarque sidérante :

Vous savez, à part quelques sujets préparés à l'avance, on prépare les sujets en général pour le jour même.

Nous n'avons pas été tant surpris que cela. Notre association avait naguère été contactée par TF1 qui voulait, pour le surlendemain, un reportage sur un participant à Wikipédia. Nous leur avions bien proposé un scientifique parisien (pas moi), mais ils n'en avaient pas voulu : ils avaient décidé d'axer le reportage sur la possibilité pratique de contribuer à Wikipédia pour des personnes « normales ». Les moyens techniques déployés, pour à peine quelques minutes diffusées, était conséquents. Le reportage, au final, ne disait pas grand chose. Spectacle, quand tu nous tiens...

Rappelons aussi le cas de cette journaliste de RFI qui voulait que notre association commente un document non encore publié et qu'elle n'avait pas en sa possession.

Ensuite, contact de France 3, qui veut aussi son interview, pour le soir même.

Dans tous les cas, ils n'ont pas testés le site dont ils vont parler (qui était d'ailleurs à moitié écroulé par la surcharge). Ils n'en parlent qu'au vu du communiqué de presse et de la brochure. Il y avait eu le même phénomène il y a quelques mois pour l'annonce de l'Encyclopedia of Life : à peine ouvert au public, il s'était écroulé sur la surcharge et avait dû être remplacé par une simple page de présentation. Les articles étaient donc écrits uniquement au vu des communiqués de presse et des plaquettes.

Et je ne parle pas des articles sur Google Knol, projet vaporware dont d'ailleurs on ne reparle plus, curieusement. (Au hasard, je me demande si Google a vraiment envie de devenir hébergeur ou de devoir contrôler les identités de leurs « experts ».)

Après les critiques de livres qu'on n'a pas lus, voici les critiques de sites Web qu'on n'a pas vus.

Puis courrier de Canal+ qui veut une interview pour samedi, ce qui est tout de même un peu plus civilisé.

Commentaires :

  • Ils sont habitués à traiter avec des organisations à dirigeants ou à porte parole salariés, visiblement, pour s'attendre à les voir accourir comme cela.
  • Les sujets sont préparés dans la hâte.
  • Comme, vu les délais, les journalistes ne peuvent pas enquêter par par eux-même, ils font de la paraphrase de communiqués de presse.

Ah, sinon, pour avoir un tel battage dans les journaux et la télévision, Larousse doit avoir un bon service de com', ou peut-être ont-ils prévu d'excellents petits fours pour la sauterie de ce soir ? Il n'est jamais mauvais de flatter l'estomac de ceux qui contrôlent la communication !