On y apprend des choses intéressantes. Par exemple, l'opinion du Pr Waters est que, de toute façon, dans une dissertation, on ne doit pas citer une encyclopédie généraliste, quand bien même elle serait la Britannica. Évidemment, les universitaires ne seront pas surpris. Lorsque nous demandons une dissertation à des étudiants, nous nous attendons à ce qu'ils consultent des ouvrages spécialisés, pas à ce qu'ils se contentent d'un survol du sujet pris dans une encyclopédie. Ce survol peut être très utile, car il fixe les points de repère, donne les mots-clés, des éléments de bibliographique ; mais la recherche bibliographique doit aller au delà. Bien entendu, dans les disciplines scientifiques basées sur le raisonnement (mathématiques, informatique théorique, etc.), on attend de l'étudiant qu'il maîtrise les concepts et soit capable de refaire par lui-même les raisonnements évoqués (voir par exemple l'exercice de la leçon à l'agrégation de mathématiques).

Or, l'interprétation que de nombreux médias et bloggueurs ont donné de cette interdiction est que Wikipédia est inutile, puisque non citable dans une dissertation ; certains ont même prétendu que Wikipédia a été interdite dans cette université et dans d'autres. On le voit, il s'agit de contresens massif : cette université n'a pas interdit l'usage de Wikipédia (ce professeur explique même dans son article que Wikipédia est un bon point de départ pour une recherche), et, de toute façon, aucune encyclopédie n'est adaptée comme source pour les points importants d'une dissertation.

Certains journalistes, n'ayant visiblement aucune idée de ce qu'implique une véritable recherche universitaire, ont même prétendu que de nombreuses thèses et mémoires seraient ajournés suite à l'usage de Wikipédia... Je me demande quelle idée ils se font de la recherche universitaire, car ils donnent l'impression de croire qu'on y travaille comme au lycée, voire au collège... Rapprochant cela des craintes de Pierre Assouline qui indiquait que ses étudiants à bac+4 ou 5 en journalisme ne savaient toujours pas ce qui était ou non une source acceptable, j'avoue éprouver les plus grands doutes concernant l'état de culture ou d'inculture de cette profession, dont les standards me semblent dangereusement éloignés de la rigueur universitaire.

Je ne comprends pas pourquoi il y a toutes ces polémiques. Un étudiant qui fonde un argument important d'un devoir universitaire sur la simple lecture d'une encyclopédie généraliste mérite d'être sanctionné pour cela (il aurait dû aller consulter des ouvrages spécialisés). Si en plus cette encyclopédie explique ouvertement n'avoir aucun comité éditorial, il est doublement fautif. Il existe des étudiants flemmards, cela n'est pas une nouveauté !

Décidément, ces polémiques me font penser que les journalistes s'attaquent aux sites Web qui font de la concurrence à leurs médias. Au vu de la qualité de certains articles, on ne peut que comprendre leurs craintes d'être débordés.